home Facebook Twitter LinkedIn YouTube RSS Feed

Histoire francophone

 

flagLes francophones se sont établis en Ontario il y a 400 ans. Mais c’est en 1917 que leur présence dans la région de Niagara s'est fait remarquer, lorsque l'usine Empire Cotton Mills, située à Welland, a commencé à recruter des Canadiens français venant de la province de Québec. La compagnie souhaitait embaucher des travailleurs du Québec en raison de leur expertise dans le tissage. Initialement 20 familles se sont installées à Welland, attirées par les salaires compétitifs. Elles vivaient dans le quartier autour de l'usine. Rapidement, ce quartier est devenu la plaque tournante de la communauté francophone. Il est aujourd'hui connu sous le nom de « French Town ». D'autres usines comme Atlas Steel ont recruté des travailleurs du Québec pour leurs activités locales. La croissance économique qu'a connue Welland par la suite a attiré un grand nombre de francophones en provenance du Québec, du Nouveau-Brunswick et du nord de l'Ontario.

La communauté francophone de Welland a continué de s'agrandir avec la construction d'écoles de langue française, d'institutions financières, d'églises et de clubs sociaux. La population francophone a augmenté progressivement au cours des années. En 1940, il y avait 1015 personnes de langue française à Welland, et en 1946, cette population avait presque doublé.

Une plaque située à côté de l'église Sacré-Cœur de Welland rend hommage à la communauté francophone. Elle raconte l'histoire des premiers francophones qui sont arrivés dans la région. Écrite dans les deux langues officielles du Canada, elle se lit comme suit :

old picture of welland canalLe quartier connu sous le nom familier de « French Town » fut créé en 1918, lors de l'arrivée d'environ 20 familles canadiennes-françaises du Québec, venues travailler à l'usine d'Empire Cotton Mills. La paroisse catholique romaine Sacré-Cœur vit le jour en 1920 et devint le centre culturel de la communauté francophone qui s'était établie aux alentours de la rue Empire. D'autres familles canadiennes-françaises arrivèrent du Québec, du Nouveau-Brunswick et du nord de l'Ontario tout au long des années 1920. Une autre vague de francophones s'établit dans le quartier au début de la Seconde Guerre mondiale, attirée surtout par les emplois. Le district français était une communauté forte et vivante qui protégeait la culture canadienne-française et encourageait l'utilisation du français. C'est dans les années 1960 que le quartier compta le plus grand nombre d'habitants, mais la majorité des francophones de Welland continua d'y résider jusqu'à la fin des années 1980. L'influence profonde de la culture et du patrimoine canadiens-français de la petite et dynamique communauté francophone continue de se faire sentir à Welland.